Scout un jour, Scout par amour

Son dernier film, Fantastic Mr. Fox semblait l’avoir désinhibé. Désormais Wes Anderson n’hésite plus à parcourir les grands espaces avec son regard de dandy. Moonrise Kingdom est décalé et se met à la hauteur d’un amour juvénile. Eté 1965. Sam, scout martyrisé par les autres, et Suzy, mal dans sa peau, s’aiment à travers des échanges épistolaires. Perdus dans leur vie et au milieu d’une île au large de la Nouvelle-Angleterre, les deux enfants, de douze ans à peine, décident de fuguer à travers les prairies et forêts qui recouvrent l’île. Alors qu’une tempête gigantesque se prépare, les adultes, aidés par des scouts revanchards, se lancent à leur recherche.

Echappée sauvage. Téméraire et méthodique, le jeune orphelin Sam va rivaliser d’ingéniosité pour échapper à l’autorité et mener sa belle au « Goulet Du Mille 3,25 », plage paradisiaque qu’il ne manquera pas de renommer, de refaçonner, d’enchanter pour les beaux yeux de Suzy. La scène du premier baiser entre les deux héros reste d’une cocasserie et d’une innocence rare (scène qui a faillit valoir au film une interdiction grotesque aux moins de 17 ans aux Etats-Unis). Fantaisie qui parcoure le film avec en arrière plan ces terres mystérieuses, anciennes propriétés des indiens Chickchaw, où les chemins sinueux ne sont que des obstacles supplémentaires dans la course à la liberté. A leurs trousses, les parents névrosés de Suzy (Bill Murray et Frances McDormand), un policier moyennement futé (Bruce Willis), un chef scout dépassé (Edward Norton), et une troupe de scouts enragés, n’hésitant pas à jouer de la hache et du couteau pour ramener les deux fuyards. Si les parties portant sur l’univers adulte rabaissent quelque peu l’intensité du film, le film est magnifié par le chemin des deux héros, d’une très grande poésie. Et cela tient tout particulièrement au talent de Jared Gilman et de Kara Hayward, dont on entendra à nouveau parler.

À peine réunis, les deux enfants cherchent comment fuir.

Composer un tableau. Anderson n’est pas qu’un cinéaste, c’est aussi un peintre, tout comme son héros, Sam, qui compose ses aquarelles tout au long du film. Car on retrouve ici aussi ce qui fait la marque de fabrique du réalisateur. Des ralentis qui rappellent ceux du Darjeeling Limited, un souci des détails qui agace certains mais ravie les autres (l’énumération de l’attirail fantasque de Suzy, les cartes insérées tout au long du film pour suivre leur chemin, des campements scouts toujours plus ingénieux…), des travellings méticuleux, détaillant des mises en scènes picturales… Et bien sûr, le jaune. Klein avait son bleu, Anderson a son jaune. Présent dans tous ses films, il pigmente ce dernier avec une valeur ajoutée vintage très agréable (la nature, la colorimétrie volontaire des plans, les valises, les foulards de scouts et autres distinctions…). Tout cela provoque chez le spectateur une sensation de minutie extrême, un soin particulier apporté par le metteur en scène qui explique pourtant ne pas pouvoir inclure dans chaque plan ce que son imaginaire lui demande.

Ceci étant dit, c’est bien l’innocence d’une époque où tout était possible qu’Anderson a certainement cherché à retrouver ici. Un été 1965 pris au piège d’une tempête amoureuse qui va agiter tout un microcosme insulaire, un lopin de terre où tout est possible, où l’imaginaire de deux enfants rêveurs prend le pas sur la réalité.

Publicités
Cet article, publié dans Cinema, Culture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Scout un jour, Scout par amour

  1. Marie Ponchel dit :

    Pour avoir lu pas mal de critique sur ce film, je trouve la tienne particulièrement réussie. Complètement d’accord avec la magie picturale d’Anderson et la poésie en dépit du ridicule des adultes.
    http://cultureetconfiture.blogspot.fr/2012/05/moonrise-kingdom-bisons-fute.html#links

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s