La tuerie de Toulouse et Montauban, un tournant dans l’élection présidentielle ?

En cette période de campagne présidentielle, il n’est pas rare de voir chaque événement être instrumentalisé au profit de tel ou tel programme politique. Malheureusement, la tuerie de Toulouse et Montauban et la mise hors d’état de nuire de son auteur n’échappent pas à la règle.

A moins d’un mois du premier tour, tous les sondages s’accordent à dire que les deux champions du premier tour sont Nicolas Sarkozy, candidat UMP, et François Hollande, candidat du PS. Et ce n’est pas peu dire lorsqu’on interroge les électeurs sur les noms des candidats à la présidentielle, je vous laisse deviner lesquels sortent en premier.

Alors, allons-nous assister à l’éternel combat UMP VS PS ? Où pouvons-nous envisager une autre option ? Les événements tragiques du Midi-Pyrénées vont-ils influencé la donne ?

« Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué », voilà un proverbe que François Hollande devrait garder en tête. Et pourtant, plus le temps passe, plus le candidat socialiste se voit déjà siéger à l’Elysée. Malheureusement pour le parti du poing et la rose, cette trop grande assurance semble lui avoir coûté quelques précieux pourcentages. Grand favori il y a encore quelques mois, sa côte de popularité ne fait que baisser au fil des jours au profit du président-candidat. Les deux champions jouent désormais des coudes dans le dernier sondage d’OpinionWay-Fudicial pour LCI.

Cinq candidats à l'élection présidentielle ont assisté aux obsèques des parachutistes de Toulouse et Montauban, mercredi 21 mars.

L’instumentalisation politique d’une tragédie nationale

Avec les événements terroristes de Toulouse et Montauban de cette semaine, la réaction immédiate de François Hollande à vouloir assister aux enterrements des trois militaires, s’exprimant sur la situation à tout va et critiquant l’action du RAID, firent hausser les sourcils de plus d’un français. En effet, cette mise en avant empressée relève davantage de la fonction présidentielle que celle d’un candidat, son attitude semble alors déplacée dans ce contexte tragique. Certains pourraient voir là une promotion de son image dans le cadre de sa campagne présidentielle.

Son intention d’assister aux obsèques a motivé quatre autres candidats, François Bayrou, Eva Joly, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, à faire de même, certainement dans le souci de ne pas être mis de côté.

D’un avis général, on peut affirmer que Nicolas Sarkozy, davantage président que candidat ces derniers jours, a donné l’image d’un chef durant ces événements. La sur-communication de son ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, offrit l’impression d’une totale maîtrise des événements, impression qui a eu l’avantage de rassurer les français même si une polémique sur les failles de l’arrestation est en train de naître. Le costume du

Nicolas Sarkozy aux obséques

président aidant, Nicolas Sarkozy a pu bénéficier d’une image médiatique beaucoup plus large que les autres candidats ces derniers jours. Ces événements et l’attitude du président Sarkozy posent une question dans le cadre du premier tour, est-ce que François Hollande a l’étoffe d’un chef d’Etat ? Cette question semble récurrente. Elle est même avancée officiellement par le Parisien, jeudi 22 mars, par « une ministre qui se veut anonyme ».

Intentionnellement ou non, ces événements profitent aux autres candidats

Néanmoins, l’instrumentalisation politique des événements tragiques de Toulouse n’est pas l’exclusivité de François Hollande car la championne dans ce domaine n’est autre que Marine Le Pen, candidate du Front National. A peine l’assaut du RAID entamé, elle a dénoncé les dérives du fondamentalisme en France, paroles que beaucoup lui ont reproché d’être trop tôt jetées sur le ring de l’élection présidentielle. Néanmoins, la psychose que fait naître l’action de Mohamed Merah peut certainement jouer en faveur du programme de la candidate du FN auprès de français plaçant désormais la sécurité au premier plan. Il n’est pas impossible qu’on observe une hausse de la candidate du FN dans les sondages, actuellement à 13%.

Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, les épaules de leader, ça le connait. Sa ferveur et son dynamisme sont par moment aux frontières du révolutionnaire. Ce caractère ardent a été mis en avant lors de son « siège de la Bastille » du dimanche 20 mars, qui réunissait plusieurs milliers de militants survoltés. Sa vigueur peut jouer en sa faveur dans un contexte où l’un

J.L. Mélenchon lors de sa marche sur la Batille, entouré de ses militants, dimanche 18 mars.

des favoris commence à décevoir. Il a d’ailleurs su rester hors des premiers soupçons d’instrumentalisation des récents drames en n’assistant pas aux obsèques des trois militaires et affirme « je suis ici à ma place » lors de sa venue à Bobigny et Gennevilliers, lors du jeudi noir. Sa non-intervention dans ces événements lui attire certainement la bienveillance des électeurs outrés de cette instrumentalisation, et pourquoi pas une hausse de sa popularité. Néanmoins, le candidat du Front de Gauche est tout de même entré dans la ronde de l’intervention politique en s’exprimant sur la situation dans cette vidéo, dénonçant l’amalgame et le besoin d’une France unie. On ne peut nier que l’instrumentalisation semble inévitable. Le Parisien du 23 mars proclamait Jean-Luc Mélenchon comme le 3ème homme de la campagne, dépassant Marine Le Pen et François Bayrou dans les sondages.

L’anecdote politique revient à Eva Joly qui ajoute encore une dose à un certain « capital antipathie »: elle n’a pas voulu se placer aux côtés de la candidate du FN lors des obsèques des militaires, des états d’âmes qui peuvent être déplacées dans un contexte de deuil national.

Un tournant inévitable dans l’élection présidentielle

Le site de Linfo.re a recueilli les propos d’Yvan Combeau, historien et politologue, qui annonce que « Les sept semaines à venir vont être totalement différentes suite à ces événements ». Comme le confirme l’historien, Toulouse changera certainement les thèmes de la campagne présidentielle pour laisser place à « l’union nationale », le « rassemblement », et la « République ». Une course à la popularité et « à celui qui représentera le mieux la France unie » est engagée. La sur-médiatisation de Nicolas Sarkozy et la reprise de la campagne présidentielle depuis jeudi soir pousseront les autres candidats à s’imposer davantage sur la scène médiatique ces prochains jours.

Ceci étant dit, bien malgré eux, les événements de Toulouse et Montauban ont l’effet d’un rocher jeté dans un lac. Dans cette campagne présidentielle où les élus du premier tour semblaient déjà choisis, nous sommes aujourd’hui à un tournant décisif. Des candidats jusque-ici secondaires gagnent du terrain quand d’autres commencent sérieusement à décevoir. Les remous politiques des prochains jours risquent d’être intéressants.

Publicités
Cet article, publié dans Politique, Présidentielle 2012, Société, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La tuerie de Toulouse et Montauban, un tournant dans l’élection présidentielle ?

  1. Toupidek dit :

    Vos articles sont-ils relus avant publication ?

  2. Charlotte Huber dit :

    Merci de me l’avoir signalé, j’ai corrigé mes erreurs.

  3. Fanny M dit :

    Contexte de deuil national, oui. Mais il ne faut pas oublier que c’est aussi un contexte présidentiel et être aux côtés de la femme politique du Front National dans un moment aussi grave et solennel, ce n’est pas évident. Surtout connaissant la place qu’accorde ses deux femmes pour l’intérêt militaire.
    Quant à sa « non-intervention » dont tu parles, tu te trompes: http://www.dailymotion.com/video/xplixh_uncut-reaction-de-jean-luc-melenchon-aux-tueries-de-toulouse-et-montauban_news#from=embediframe
    Certes, il n’a peut-être pas assisté aux obsèques mais il a réagi face aux évènements.

    • Charlotte Huber dit :

      Je comprends la réaction d’Eva Joly, c’est vrai, sans pour autant la trouver « à sa place » d’un point de vue qui essaie d’être objectif en prenant compte du contexte général.. La « non-intervention » de J.L Mélenchon était plutôt évoquée dans le cadre de ne pas assister aux obsèques des militaires, à l’image des 5 autres candidats, mais cette vidéo est très intéressante et en avoir connaissance est une bonne chose dans le contexte actuel.. J’ai fait des modifications suite à ta réaction. Merci de ton intervention! :)

  4. Toupidek dit :

    L’expression « Eva Joly qui ajoute encore une dose à son capital antipathie » me semble particulièrement critiquable, en ce qu’elle représente :
    – la reprise, sans aucun recul ni justification, d’un poncif alimenté par radio-caniveau,
    – une affirmation infondée (pourriez-vous décrire ce que c’est qu’un « capital antipathie » et expliquer en quoi seule Eva Joly se voit affecter ce type de dénigrement ? Parce que, le « capital antipathie », vous l’auriez attribué à Le Pen, j’aurais compris, on ne peut qu’être révulsé face à la remontée à la surface de ces remugles de cerveaux reptiliens, ou bien vous auriez utilisé le concept pour évoquer la détestation patente dont Sarko fait l’objet de la part des français, j’aurais aussi compris, vous auriez peut-être même pu vous en servir pour Mélenchon dont la démagogie doit susciter l’irritation de nombre de citoyens, mais là…)
    – et si ce n’était pas un simple suivisme d’un effet de mode (je qualifie ici le suivisme de « simple » pour tenter d’excuser par l’inattention un laisser-aller qui, en fait, est plutôt « grave »), ce serait une opinion partisane du « journaliste » (dans ce cas, oui, les guillemets deviendraient de rigueur), déplacée ici.
    Très décevant, donc.
    Mais je suis sûr que vous allez finir par détecter par vous-même les phrases toutes faites, les éléments de langage complaisamment reproduits partout et autres marronniers de rédacteurs de chiens écrasés, et que vous saurez les éviter à l’avenir.

    • Charlotte Huber dit :

      Je n’ai aucune animosité envers Eva Joly, et encore moins contre son parti. Je parle d’elle dans le cadre d’une anecdote, qui n’est pas nécessairement en rapport direct avec le sujet de l’article (l’instrumentalisation du drame) mais uniquement pour avancer quelque chose qui pour moi est « stupide ». Ce n’est pas pour la comparer aux autres candidats, c’est uniquement une constatation d’une action qui m’a semblée déplaisante. « Quelque chose » qui n’avait pas sa place à ce moment précis (les obsèques). A mon avis, agir comme elle l’a fait ne va pas dans le sens de l’union nationale face à ce drame, et c’est bien dommage de réagir ainsi. Il y a un moment où il faut mettre ses convictions de côté face à un drame qui dépasse le simple combat politique. C’est ainsi que j’ai appréhendé ce fait et que je l’ai retransmis sous la forme d’une anecdote.

      Ensuite, ce « capital antipathie » je l’annonce ainsi dans le cadre où ce n’est pas la première « bourde » d’Eva Joly. Elle a déjà choquée en répondant aux critiques acceptables de Corine Lepage par un joli « je l’emmerde ». Une attitude moyenne pour une candidate à la présidentielle, que je condamne chez tous les candidats.

      Je n’ai certainement pas assez nuancé mes propos, j’ai changé légèrement ce paragraphe pour éviter les confusions et qu’on se méprenne sur mon but.

      En tout cas, merci de nous consulter et, pour ma part, de m’apporter votre point de vue. La critique est nécessaire pour s’améliorer.

  5. Fanny M dit :

    Concernant votre débat, je n’ai jamais su moi même comment me comporter lors d’enterrements. Alors pour ce qui est des obsèques nationales j’ai encore plus de mal ! S’éterniser sur des chamailleries n’en vaut pas vraiment la peine à mon avis.
    Les bourdes des candidats ? C’est plutôt drôle. Les « condamner » c’est un peu fort. Et puis ça les humanise un peu, on sort du cadre conformiste.

    En tout cas, continuez ! J’aime beaucoup votre blog et c’est avec plaisir que je prends l’habitude, tous les jours d’aller voir les nouveaux articles que vous nous donnez.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s