Afterwork : l’audiovisuel français a-t-il besoin de renouveau ?

Mercredi 7 mars, la société Lion Medias a organisé une soirée dans le bar-restaurant-club « J’ose » (2ème arrondissement de Paris) pour parler du renouveau de la télévision. A cette occasion, une quarantaine de professionnels du milieu tels que des réalisateurs, humoristes, chroniqueurs radio ou télé,  a fait le déplacement pour participer à ce débat filmé par Paris Web TV. Des photographes prenant de nombreux clichés, aussi bien des intervenants que du public, étaient présents au rendez-vous.

Dans une ambiance conviviale, les deux fondateurs de la société, Luigi Minier et Nicolas Jullien, ont ouvert le débat en présentant leurs intentions de participer à la modernisation l’audiovisuel français. Plusieurs personnes les ont rejoints sur la scène afin de partager leur point de vue respectif.  Elles ont d’abord dressé un constat au sujet de l’audiovisuel actuel. Ainsi, selon Abdel Ftouh de la société Télé Paris « la télévision ne propose pas de programmes accrocheurs, c’est pourquoi il faut en renouveler le contenu ». Philippe Cochinard, producteur de Paris Web TV, a été plus ferme « La télévision manque d’émissions culturelles (…) il y aurait de bonnes émissions si elle n’était pas régie par l’audimat ». Propos vivement acquiescés par les deux organisateurs et approuvés par  la comédienne, Allyson Glado,  qui ne regarde plus la télévision par « manque de qualité ». Elle a d’ailleurs proposé d’ouvrir les portes de l’audiovisuel aux jeunes et à des anonymes pour amoindrir l’élitisme de ce milieu ouvert aux « fils de ».

Le débat, toujours animé par les deux fondateurs de la société Lion Medias, s’est ensuite porté sur la question « Qu’attendre d’un animateur novateur ? ». Maklor Babutulua, présentateur météo sur TV5  monde et chroniqueur dans l’émission « Mon bien-être » sur Direct 8 a alors rejoint la scène afin de parler du manque d’opportunités et des critères qui valorisent la chance et le piston, au détriment des compétences.  Le dirigeant de Paris Web Tv a surenchéri en expliquant qu’un animateur doit « être cultivé, beau, dynamique». Il  a aussi déploré que « 80% des émissions viennent de l’étranger », notamment de la société de production Endemol.

Appuyant ces propos, Henry C. Reese, Secrétaire Général  d’Energie Franco-Allemande , a reproché aux chaînes privées françaises d’être envahies de publicités, celles-ci remplacées par des « sponsors » (équivalents à la pub) sur les chaînes publiques. Il a ainsi conseillé à l’audiovisuel français de s’inspirer du modèle de la BBC par la diversité de ses programmes.

D’où la nécessité d’innover avec de nouvelles émissions, Kadhy Diallo, travaille sur un programme ayant pour thème  l’histoire, car comme le dit Philippe Cochinard « avant, la télévision avait pour but d’éduquer la population mais à présent, elle ne se contente que de la divertir ». Ce qui explique la nécessité d’offrir de nouveaux concepts français. Telle est l’ambition de la société Lion Medias. Celle-ci peut s’inspirer des propositions faites par les différents interlocuteurs, dont Jenny, travaillant à Passion Sport TV, qui pense que « les citoyens doivent faire partie de l’audiovisuel puisqu’ils payent la redevance. Ils ont alors le droit de voir différents programmes, non gérés par la politique », ce que dénonce également le fondateur de la chaîne web. Il s’est dit opposé à la nomination des PDG des médias publiques par le chef de l’Etat, tel que Rémy Pflimlin à la tête de France Télévisions. A cela l’animateur et chroniqueur sur IDF1, Lilian Carles, a répondu que la proposition de François Hollande annoncée le samedi 3 mars, mettant en place une instance de régulation de l’audiovisuel élue par des parlementaires qui désigneraient les dirigeants des chaînes publiques, ne produira aucun changement.

De gauche à droite: Philippe Cochinard, Nicolas Jullien et Luigi Minier

Pour ces raisons, Luigi Minier et Nicolas Jullien ont rappelé vouloir apporter leur griffe au renouvellement de l’audiovisuel français avec leur société Lion Medias.

Et pour clôturer le débat, sur une note musicale, le rappeur Jlight nous a interprété deux de ses morceaux, repris en chœur par le public dans une ambiance chaleureuse.

Ceci étant dit, pensez-vous aussi que l’audiovisuel français a besoin de renouveau ?

Priscilla Dhaussy et Audrey Clier

Publicités
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s