Le futur a t-il de l’avenir ? « Réponse » avec Jacques Attali à l’ESSEC

Le 28 février, Jacques Attali était invité à l’ESSEC pour débattre autour de la question «  Le futur a-t-il de  l’avenir ? ». Force est de constater que le débat ne fut pas réellement concentré sur cela.

Arrivé sous les applaudissements d’un public nombreux, Jacques Attali a eu droit à la traditionnelle présentation faite par un élève, avant l’interview d’un invité lors des Mardis de l’ESSEC*. Sauf que celle de Valentin contenait quelques erreurs que l’économiste, écrivain et haut fonctionnaire a bien fait remarquer en l’interrompant à plusieurs reprises : « tout ce que vous dites est un tissu de mensonges » !

Il a alors corrigé le jeune homme, rappelant son influence, ses nombreuses publications et la fondation de PlaNet Finance qui vise à « lutter contre la pauvreté et pour l’environnement ». Ses valeurs sociales ont intéressé les étudiants de l’ESSEC qui lui ont posé des questions, davantage portées sur l’homme de gauche qu’il est plutôt que sur le thème du débat.

Après lui avoir demandé quelle formation lui avait le plus apporté entre l’X, Sciences Po ou l’ENA (on ne voit toujours pas le lien avec la question « Le futur a-t-il de l’avenir ? »), les deux jeunes hommes qui l’interrogeaient ont diffusé une vidéo de Jacques Attali le présentant comme l’homme proche de Mitterrand. Puis, ils lui ont demandé s’il allait voter pour François Hollande par idéologie ou pour les idées. Ce à quoi l’interrogé a répondu qu’il soutenait François Hollande pour les jeunes qui sont l’avenir. Enfin une référence au sujet… mais de courte durée puisque les interviewers en ont profité pour essayer de le mettre en difficulté « Si François Hollande n’avait pas remporté la primaire, vous auriez voté pour Martine Aubry ? ». Après la réponse négative de Jacques Attali, les jeunes hommes attaquent : « vous auriez voté Nicolas Sarkozy ? », ce que nie Jacques Attali. Dommage (pour eux). Alors ils continuent  » Mélenchon ? «  en rigolant (comme si cela était complètement improbable), ce à quoi le penseur a répondu « peut-être Mélenchon ».  Par la suite, sur un fond de débat sur la crise, les jeunes de l’ESSEC ont essayé de lui démontrer que le bilan de Sarkozy n’était pas si mauvais en mettant l’interrogé face à ses incohérences. En effet, Jacques Attali avait pronostiqué dans son livre Une brève histoire de l’avenir paru en 2009 que la dette publique actuelle serait plus importante, ce qui a permis aux étudiants de l’ESSEC de défendre quelque peu le Chef de l’Etat.

Ce n’est qu’à partir de là que l’interview a évolué vers le thème de l’avenir. Après le visionnage d’une vidéo rappelant les débuts de la société industrielle, il a été question de parler du risque de guerre comme au début du XXème siècle. Jacques Attali a rappelé que nous avions un « potentiel de croissance important« , une « masse de capitaux gigantesque » et « des progrès techniques » mais qu’il fallait prendre des bonnes décisions (à l’inverse des années 1910), que la solution était l’inflation, qu’elle était utile aux jeunes mais que les dirigeants ayant dépassé les 40 ans ne changeaient rien.

Les jeunes de l’ESSEC l’ont alors interrogé sur leur propre avenir en lui demandant s’il était préférable de s’orienter vers la finance ou vers la communication. Comme si Jacques Attali pouvait le savoir à leur place… Il leur a donné la réponse la plus juste possible « faites ce que vous dit votre cœur, sinon vous passerez à côté de votre existence ».

Voyant qu’ils n’obtiendraient pas la réponse qu’ils attendaient, ils l’ont interrogé sur l’avenir de la France, ce à quoi Jacques Attali a répondu que la France a tout pour être « un grand acteur de demain » étant donné sa puissance démographique, son énergie et son poids dans le commerce international.

Pour finir, les étudiants de l’ESSEC ont fait défiler des images de plusieurs acteurs de la politique (F. Mitterrand, N. Sarkozy, Coluche, S. Royal, F. Hollande, M. Le Pen, G. Bush, B. Obama), Jacques Attali devait donner une qualité et un défaut à chacun d’eux. Il a joué le jeu en définissant Sarkozy comme un « vrai ami » mais comme malheureusement « capable de défendre n’importe quel sujet », Hollande comme un homme « lucide » mais « qui a besoin de l’approbation des autres », Le Pen comme n’ayant « que des défauts » et Coluche comme n’ayant « que des qualités ».

Finalement, c’est l’intervention du public qui a permis à Jacques Attali de parler davantage du sujet de l’avenir. Un premier homme a  voulu en savoir davantage la situation nucléaire de l’Iran l’opposant à Israël, ce à quoi l’économiste a répondu qu’il fallait tout faire pour que l’Iran n’ait pas l’arme nucléaire, même une intervention militaire. Une autre personne a remarqué l’absence de traitement du sujet du débat. Jacques Attali a alors donné sa position sur la question « Le futur a t-il de l’avenir ? » en disant qu’il fallait protéger les jeunes et faire payer les retraités (qui n’ont pas payés d’impôts pendant 15 ans) mais surtout qu’il fallait une Europe fédérale, concentrée sur l’industrie. Ceci étant dit, les jeunes savent maintenant dans quel domaine s’orienter.

Priscilla DHAUSSY

* Les Mardis de l’ESSEC sont des interviews de représentants politiques, économiques et sociaux , portées sur l’actualité et organisées plusieurs mardis durant l’année (environ un mardi sur 2) à l’ESSEC. L’entrée est libre et gratuite. Le prochain débat aura lieu le 19 mars et portera sur la question des dettes souveraines.

Publicités
Cet article, publié dans Du coté de chez nous, Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le futur a t-il de l’avenir ? « Réponse » avec Jacques Attali à l’ESSEC

  1. Biscotte dit :

    Jacques Attali a effectivement lâché de manière très cassante à l’étudiant qui le présentait que sa prose était un « tissu de mensonges », Celui ci, qui s’était lancé dans un exercice de style assez long et périlleux, a timidement argué qu’il pouvait citer toutes ses sources… et demandé quels étaient les fausses affirmations.. en vain.
    A noter qu’il y a 3 ans, l’élève de l’ESSEC qui avait fait la présentation de Jacques Attali s’était fait littéralement incendier pour avoir dit que celui ci était né en Algérie et s’était entendu répondre hautainement « Mais Monsieur vous dites n’importe quoi, l’Agérie c’était la France ». Cette fois donc ils avaient bien prêté attention à ce problème et fait naître Attali en Algérie française.. mais cela n’aura pas suffit.
    Les élèves des mardis de l’ESSEC ne sont pas des journalistes professionnels mais on ne peut pas leur repprocher un manque de style ou de verve et ils s’en sortent en général assez bien face aux personnalités qu’ils reçoivent et posent des questions pertinantes. Ici face à un invité qui avoue qu’il votera toujours à gauche par principe, même si le candidat l’enchante plus ou moins, il est normal de voir ses interviewers le titiller sur les questions droite-gauche, et prendre le parti de l’opposition afin de créer un debat et faire parler l’invité.
    Mais les gens sont toujours ravis de voir les étudiants des mardis se « casser les dents » face à un invité car, bon sang, ces petits bourgeouilles de droite prétentieux qui croient tout savoir, qu’est ce que c’est bon de les voir se faire remettre à leur place ! On comprend dans votre article que vous faites partie de ces gens là. Vous devez être ravie, J. Attali a conseillé à tous comme métier d’avenir le scientifique (et il n’a sûrement pas tort). Dommage, ils sont en commerce !

  2. Priscilla Dhaussy dit :

    Bonjour Biscotte, Cet article est un compte-rendu et non un billet d’humeur. Je dis surtout que l’on a pas répondu au sujet, que ce soit par les questions ou les réponses. J’ai rapporté les réponses de Jacques Attali et elles sont très brèves par rapport au sujet en lui-même. De plus, je rapporte aussi qu’il s’est trompé concernant la dette dans son livre Une brève histoire de l’avenir. Je ne suis pas ravie de voir les étudiants de l’essec se « faire casser » par un invité et je vais à ces débats avant tout pour m’informer. J’ai remarqué que le débat n’était pas réellement porté sur le thème, c’est tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s