Bad Buzz, quand Internet contre-attaque

L'affiche de Nicolas Sarkozy parodiée

Les dérives d’Internet sont régulièrement dénoncées mais celle-ci fait de plus en plus de bruit : le « bad buzz ». Antonyme d’un coup de com’ réussi sur le net, le bad buzz est devenu monnaie courante dans un monde où le moindre détail est analysé, où la plus infime erreur est soumise à la vindicte numérique.
Si le phénomène n’est pas anodin dans le monde people (les réseaux sociaux sont des juges sans pitié des artistes et acteurs à la mode), il n’est pas rare non plus dans les autres domaines de la communication. Des spécialistes sont même là pour ça. Yann Barthès dans Le Petit Journal et Arrêt Sur Images avaient lancé la mode il y a plusieurs années en montrant tous les soirs le détail fâcheux, les journalistes et spécialistes de la communication en ont fait une passion. L’arrivée de Vincent Glad au Grand Journal il y a peu est la meilleure démonstration de cette volonté de décrypter le Net et ses travers. Cette auto-régulation d’Internet par les internautes eux-mêmes semble logique en soi : un souci de reprendre le contrôle de ce qui appartient à tous, au grand dam des communicants qui aimeraient garder la main sur cet outil formidable.

Et en ce début de campagne, les clics se sont agités comme rarement, surtout depuis le lancement du candidat Sarkozy, mis à mal sur la toile. Par le passé déjà, Nora Berra, Secrétaire d’Etat à la Santé, avait conseillé aux sans-abris de ne pas sortir de chez eux, et par la même provoqué l’hilarité du web. Sans parler de Nadine Morano, grande aficionados du tweet malencontreux. Mais cette fois, c’est une armée entière de blogueurs et « twittos » qui décryptent et critiquent la communication du Président. Son équipe de communication avait mis en ligne une « Timeline » Facebook, considérée comme originale, mais élaborée bien avant que le public y ait accès ce qui a poussé beaucoup à se demander si Facebook aiderait pour le candidat de l’UMP. Mais le mauvais coup de publicité vient de sa page Twitter. Après un compte lancé en grande pompe le mercredi 15 février au matin (près de 90 000 abonnés en moins d’une semaine), les premières attaques n’ont pas tardé à pleuvoir. Tout d’abord, comme le montre le site korben.info, les militants UMP ont voulu aider à lancer le buzz en créant de faux comptes pour lancer des encouragements au e-président, mais le buzz a fini bad buzz. Et c’est sans fin qu’on peut compter les profils « à tête d’oeuf » n’ayant qu’un abonnement et qu’un seul tweet.

Un des comptes mis en ligne sur Twitter pour "aider" le Président

François Hollande non plus n’est pas en reste, on compte de nombreux abonnés créés spécialement pour faire sa promotion. Signalons néanmoins que cette technique n’est pas rare sur Twitter, elle met cependant en lumière les moyens que les équipes de communications des candidats sont prêts à utiliser… Mais le bad buzz pour Nicolas Sarkozy ne s’arrête pas là. Il a empiré avec son slogan, son affiche (dont les détournements sont nombreux) et a pris une tournure inattendue avec la censure exercée sur les comptes parodiant le président: @SarkozyCestFini, @_nicolassarkozy, @mafranceforte et @fortefrance ont ainsi vu leurs comptes suspendus par l’équipe de Nicolas Sarkozy, ce qu’a reconnu un membre de son équipe web dans LeMonde.fr soit disant pour stopper la confusion des comptes. Seulement voilà, en voulant mettre fin aux comptes le parodiant, l’équipe de campagne de l’UMP a renforcé l’antipathie du web : depuis deux jours le #SarkoCensure trône en tête des sujets les plus discutés et cela n’a en rien amélioré la côte de popularité de Nicolas Sarkozy.

Ces erreurs mettent à jour le problème qu’ont les candidats avec les réseaux sociaux et Internet en général. Leur façon de tenter de soulever les foules sur le net les dépasse bien souvent et se retourne contre eux. C’est cela le bad buzz, c’est l’arroseur arrosé.

Publicités
Cet article, publié dans Médias / Web, Politique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s